NICOLAS RIGHETTI

C’est à Genève, où il est né en 1967, que Nicolas Righetti vit actuellement. Après des études en sciences sociales, il suit les cours de l’École supérieure d’Art Visuel de Genève en section cinéma. Ses études terminées, il se consacre à la photographie. Il travaille alors pour de nombreux journaux suisses tels que L’Hebdo, Le Temps, SonntagsBlick, et internationaux comme La Repubblica, Newsweek, The New Yorker, The New York Times.

Ses voyages à travers le monde, notamment en Asie, éveillent en lui un intérêt croissant pour les figures politiques mégalomanes et totalitaires. Il effectue plusieurs séjours dans les dictatures et développe un traitement stylistique original, qui prend le décorum du pouvoir à son propre jeu. Il se rend à quatre reprises en Corée du Nord, de 1998 à 2001, et réalise le film Visite guidée en Corée du Nord, récompensé par le Prix à la qualité de la Ville de Genève. Parallèlement, il réalise le livre Le Dernier Paradis en Corée du Nord (éd. Olizane, Genève, et éd. Umbrage, New York, 2003). Ce travail photographique sur la mise en scène du pouvoir est récompensé par le premier prix Swiss Press Photo dans la catégorie « internationale » en 2004. De 2005 à 2006, il effectue trois voyages au Turkménistan, où il s’intéresse à l’iconographie démesurée de son dictateur omniprésent Saparmourat Niazov. Ses images composent le livre Love Me Turkmenistan (éd. Labor et Fides, Genève, et éd. Trolley, Londres, 2007) et lui valent, en 2007, le premier prix World Press Photo, dans la catégorie «portrait story». En 2009, à l’occasion du 500e anniversaire de la naissance de Jean Calvin, Nicolas Righetti photographie quarante homonymes du Réformateur sur les cinq continents. Ce travail a été publié dans le livre Calvin World (éd. Labor et Fides, Genève, 2009) et nominé au prix EWZ Sélection (Zurich, 2010). En 2012, il publie L’avenir en rose, recueil de photographies d’affiches de Bachar al-Assad en Syrie (éd. Work is progress, Paris, et éd. Trolley, Londres) qui lui valent, la même année, le prix Nicolas Bouvier.

Les travaux de Nicolas Righetti ont été exposés au Musée des Confluences de Lyon, au Centre de Culture Contemporaine de Barcelone, au Musée du Design de Zurich, au Musée Neuhaus de Bienne, au Musée Kunst Haus de Vienne, au Musée international de la Réforme de Genève, au FoMu FotoMuseum Antwerpen de Anvers et au Centre national de l’Audiovisuel (CNA) du Luxembourg.