Sommerreise

François Wavre

J’ai cette funeste manie qui consiste à noircir des carnets que je remplis de mes états d’âmes et de ce que je crois être des fulgurances de mon brillant esprit. Il ne faut cependant pas espérer y retrouver les circonstances précises ou les détails d’un moment de ma vie, j’ai oublié de les y faire figurer, mon nombril prenant trop de place. Il y a aussi des carnets qui disparaissent. Déménagements, poubelle, le sort est malicieux. C’est le cas du moleskine où se trouvait le récit de ce voyage estival dans l’hiver andin. Je me souviens seulement du titre qui figurait sur sa première page. J’avais écrit: « c’est un voyage que je fais avec une femme qui ne m’aime plus ».